Home / Politique / Rififi au Ministère de la Justice : plusieurs cadres du département dans le viseur du pouvoir

Rififi au Ministère de la Justice : plusieurs cadres du département dans le viseur du pouvoir

Depuis quelques semaines, une véritable chasse aux sorcières s’est ouverte au ministère de la Justice avons-nous appris de sources sûres. Pour cause, l’enquête ouverte pour déterminer les circonstances des tueries survenues à l’occasion des dernières élections présidentielles qui ont fait plus d’une dizaine de morts.

Le gouvernement guinéen qui, sous la pression de plusieurs organisations de défense des droits de l’homme, avait décidé d’ouvrir cette enquête semble avoir trouvé les parfaits boucs émissaires. Il s’agit de plusieurs cadres de la division communication au sein du ministère de la justice. Il est reproché à ces derniers d’avoir divulgué des informations confidentielles mettant en cause plusieurs hauts responsables du gouvernement dans les violences qui ont conduit à la mort de 12 personnes pendant le processus électoral.

Selon les informations dont nous disposons, une enquête interne, conduite par la direction de la police Judiciaire, aurait été déclenché à la demande du ministre Cheikh Sacko. Les mêmes informations nous indiquent que plusieurs cadres sur lesquels portent les soupçons d’avoir fait fuité ces informations classées « top secret » auraient été mis aux arrêts. Des mandats d’arrêt auraient également été délivrés contre le chef de la division communication Dr Albert Mara ainsi que plusieurs de ses subordonnés parmi lesquels on compte un de ses assistants du nom de Kabinet Camara.

Pour l’heure, les enquêtes se poursuivent du côté du ministère de la justice afin de situer les responsabilités dans cette affaire.

 

Demba

Check Also

Alpha Condé « la présidentielle du 18 octobre a été l’une des meilleures élections présidentielles en Afrique »

Après la proclamation des résultats définitifs par la cour constitutionnelle, désignant le professeur Alpha Condé …